AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

A tout vouloir, on finit par tout perdre (INSTA Beth Gabi Alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Auteur
MessageSujet: A tout vouloir, on finit par tout perdre (INSTA Beth Gabi Alex) Dim 3 Mai - 21:45

La journée paraissait bonne, en temps normal, il aurait certainement fait autre chose que d'aller lire dans le parc comme il l'avait cette habitude de le faire. Mais cette fin septembre avait le don de l'apaiser de ce qui pouvait se passer en ce moment même. Les rumeurs n'en étaient plus et pourtant, c'était officiel, Wallis et Sullivan étaient ensemble. Gloire au couple ? Jamais QI' il avait pu le tuer sur le champ à chaque fis qu'il posait ses mains sur elle, il l'aurait fait. La fin d'après-midi s'annonçait savoureuse, sous son aber, c'est ce couple, qu'il vu s'avancer sans être vu. Le regard mauvais, il se replongea dans ses écrits. Ils ne gloussent pas trop fort.
***
Annabeth était tout sourire ces derniers jours, depuis bien deux semaines à vrai dire, depuis qu'elle avait officialisé la chose avec Gabriel. Ils étaient presque toujours collés l'un à l'autre, autant que faire se peut. Ce jour-là, alors qu'ils n'ont pas cours du tout, la blonde se décide à sortir un peu sur le domaine et à aller l'entraîner dans le parc pour passer le temps. "Allez viens !" lui dit-elle, la voix pleine de fraîcheur alors qu'elle le tire par la main, le ramenant vers elle pour lui voler un baiser. "Quelle lenteur M. Sullivan !"
***
Se trouvant aux côtés de la jeune femme, Gabriel avançait dans le parc. Une petite décision de sa demoiselle de s'éloigner des murs poussiéreux de ce château et de profiter un peu d'une journée pas trop mal pour un mois de Septembre, et les voilà déjà dehors, avec une Annabeth heureuse de vivre. Cela fait quelque temps maintenant que le couple était officiellement ensemble et cette... situation était plutôt étrange pour Gaby. A la base plutôt collectionneur de conquête et très peu apte à donner ses sentiments, il avait pourtant réussi à passer outre ses vices et ses défauts... Donc ouais, à part les douleurs constantes, on peut quand même dire que la vie est plutôt bien. Un sourire aux lèvres, il répond au baiser de la jeune femme. « C'est parce que tu es trop rapide ! » La voir comme ça le met vraiment de bonne humeur... mais il a bien fallu que tout soit foutu en l'air par la présence d'une ordure. En effet, rien que de reconnaître la silhouette de Lestrange modifie l'expression du visage de Gaby. Pourquoi ce type n'est pas encore trouvé mort dans une ruelle sombre, se demande t-il. Ah... parce que Beth avait supplié de ne pas s'occuper de lui, de faire attention. Cette crevure devrait être foutue à la porte... Détournant alors le regard, le jeune homme se fit froid dans ses mots. « Nous devrions prendre une autre direction. »
***
Les rires ou les petites attentions ont le don de l'échauffer, il n'en fallut pas plus pour qu'il relève le nez de sa lecture, croissant à la fois le sourire d'Annabeth et le rire sombre de Sullivan. Il n'y avait pas à dire, il le détestait. C'était devenu officiel à la façon dont les piques allaient et venaient entre eux aux détours des couloirs. Des petits coups de l'un ou de l'autre. Mais cet étalement de bonheur avait le don de l'exaspérer. Il ne le supportait plus. Si bien que croiser son regard fut comme un acte de provocation, alors qu'il disait quelque chose à la belle semi-vélane, Alexander n'eut pas de scrupule à agiter discrètement sa baguette pour faire aller une branche d'arbre dans le dos du couple. Histoire de montrer que le bonheur n'était nullement communicatif. Tel le coup de fouet que prenait son coeur à chaque fois qu'ils les voyaient ensemble. Alexander  eut un petit sourire narquois. De toute façon, ils n'étaient que tous les trois que voulez-vous que ce soit ?
***
Annabeth tourne légèrement la tête et aperçoit Alexander sous un arbre, ce qui a le don de la gêner plus que tout et elle se pince les lèvres. Elle tourne la tête vers Gabriel qui lui demande de changer de route et elle acquiesce. C'est surtout qu'elle ne veut pas créer de nouvelles guerres, et surtout parce qu'elle se sentirait coupable de faire du mal inutilement. Malgré sa situation, elle n'oublie pas ce qu'il s'est passé entre elle et Alexander. Mais à peine a-t-elle le dos tourné qu'une branche tombée assez fortement dans son dos la fait perdre l'équilibre.
***
Soulagé intérieurement, le jeune homme se prépare à changer de chemin... jusqu'à apercevoir cette branche, rattrapant alors Beth lorsque celle-ci allait tomber. Envoyant un regard noir à Lestrange, ma voix rompt le silence qui s'est formé entre nous. "Tu as rien d'autre à faire pauvre merde ?"
***
S'il n'avait pas eu ce petit éclat de méchanceté dans le regard à la vue du couple, il se serait fait passer pour un innocent, cependant, que voulait-il répondre à la provocation de Sullivan ? Rien hormis un sourire ne satisfait, gâcher sa vie était devenu important finalement. Que Dieu l'en garde. Pourtant. « Apparemment non » répondit-il simplement, la joie un peu plus enjouée que d'ordinaire : « Mais ta tronche enfarinée de bonheur me fait vomir, il fallait bien que j'y remédie. »
***
Annabeth soupire. C'est fou comme ils peuvent se détester, enfin, c'est bien son cas vis-à-vis de Shaula, mais elle est fatiguée de se battre et de ne faire que ça, pour une fois qu'elle peut faire autre chose de sa vie, ça semble encore déranger. "Viens Gabriel." dit-elle en ignorant Alexander comme elle le fait depuis deux semaines et vice-versa. "Ne réponds pas, ça ne sert à rien, on à qu'à se trouver un autre coin."
***
Inspirant longuement, le jeune homme tourne ses yeux en direction d'Annabeth, réfléchissant à ces mots. Elle a peut-être raison... ne pas s'occuper de lui serait la meilleure chose à faire. L'aidant à bien se redresser, il hocha alors simplement la tête. "D'accord..." Puis, glissant sa main contre la sienne, il se prépare à partir, calmant la partie la plus sombre de son esprit qui lui ordonne de foutre en l'air ce mec.
***
Souriant en coin, satisfait, il lâche à la sage décision de suivre Beth plus loin : « Mon Dieu, deux semaines et le voilà déjà soumis. On aura tout vu. » Mais ce n'était peut-être qu'une parole de trop.
***
Annabeth serre les dents et tourne la tête. "Va jouer avec Black au lieu de chercher la guerre ! Je ne pense pas que ce soit le moment d'être jaloux, Alexander !" lâche-t-elle sans réfléchir avant de se rendre compte de sa bêtise.
***
Plutôt silencieux, Gabriel écoute l'insulte de Lestrange... puis la réponse de Beth. Jaloux... Serrant un peu les dents, il se retourne alors et dans le même mouvement tend sa baguette, désarmant rapidement Lestrange. "Tu vas arrêter de me faire chier... et de regarder Beth. Avec ce que tu as fais, tu n'as même pas le droit de prononcer son nom, de lui parler... Alors ne tourne pas autours... ou je te ferais connaître certains sortilèges impardonnables."
***
Il hausse un sourcil, étonnée qu'elle en vienne a reparler de cela, mais ne lui réponds finalement que d'un regard entendu pour n'en dire plus. Avant qu'il ne sente sa baguette lui échapper. Se mordant la lèvre, à grand vers l'autre encore en train de déblatéré un tas de conneries. Lui donnant une droite bien méritée en sifflant amèrement : « Pas la peine, je les connais mieux que toi sale bâtard. Franchement, si tu crois que tu vas me dicter ma conduite tu te trompes. » Il ramasse sa baguette en attendant une réplique.
***
"ALEX !" hurle-t-elle en le voyant frapper Gabriel, si bien qu'elle approche et attrape son bras pour le repousser légèrement. "T'es malade ou quoi ?! Arrête ça ! Ca va s'envenimer et ça nous retombera tous dessus ! Et tu le sais." dit-elle du même ton entendu, il comprendra très bien où elle veut en venir, pour autant ce pic de jalousie, elle ne s'y attendait pas, c'est bien au-delà de ce qu'elle imaginait venant de lui. "Continuez à vous battre et je me casse ! Vous vous frapperez dessus sans m'y mêler, merde !" dit-elle en allant plus loin, excédée.
***
Le bruit sourd du coup accompagnant le poing étourdis le jeune homme autant que la frappe. Un peu dérouté, il écoute simplement Beth, tout en commençant vraiment a pensé qu'il y a quelque chose qui l'échappe, qu'il n'a pas toutes les cartes en main. Serrant un peu les dents, il ignore totalement l'ordre de Beth, envoyant un stupefix à Alex. "Les vermines comme toi doivent juste crever... je l'ai toujours dis..."
***
« Alors, tu ferais bien de partir un peu plus loin si tu ne veux pas que ça te retombe dessus Wallis. J'ai encore des trucs à lui dire. » Ajoute-t-il un peu plus noir, baguette en main pointée vers Gabriel. Il part sans effort son sort, préparé à la défense. Comment un infirme pourrait réussir quoi que ce soit. D'un revers, il renvoie le sort sur le Poufsouffle en ajoutant : « Au moins, je suis une vermine qui saurait défendre une femme moi. » Il sourit : « De toute façon, tu penses la mériter ? »
***
Parant aussi facilement le sortilège qu'il a pu le faire, le jeune homme ayant bien repris au niveau du duel. "Tu défends pas les femmes... tu les frappes, tu les fais souffrir. Cette fois pas de règle... Je vais te buter." Un nouveau stupefix, tiquant un peu à ses mots alors qu'il part la nouvelle contre attaque de Alex. "Je la mérite plus que toi... je ne lui envoie pas un sortilège dans le corps."
***
Il a un petit sourire mauvais, c'est vrai qu'il avait frappé Beth, qu'il lui avait fait du mal pour défendre ce qui lui était cher à l'époque : « Pas de problème, je danserais sur ton cadavre en premier. » Ajoute t'il avant de lancé un informulé devant lié ses jambes et le faire tomber à terre. En venir au poing ne serait pas un manque. Il serait le faire. « Plus que moi ? Qui t'a dit que je voudrais quoi que ce soit ? Ton égo trop grand ? Tu fais rire Sullivan. Lamentable comme à ton habitude. » avant de parier un autre sort. « Au moins, tu seras prévenu... Si tu la touches, je te tue. »
***
Sentant son corps perdre l'équilibre, il lâche sa baguette. Grognant en l'écoutant, le détestant de plus en plus, se détestant lui-même d'ailleurs. Comment ce type osait.... lui donner des ordres. Le prenant alors par surprise, il attrape sa baguette de la main gauche, la pointant vers lui. "Endoloris !" Comment il osait lui parler comme ça... Comment ils osaient tous pourrir son existence. Saleté de Serpentard. Saleté de mages noirs. Il les hais... autant qu'il se hait.
***
La douleur se fait cuisante dans sa poitrine, le forçant à tomber au sol dans un râle. Il jette évidemment le regard sur Gabriel. Quand après quelques minutes, il arrive à reprendre le dessus, se redressant légèrement, il n'hésite pas à venir planter son pied dans la min tenant la baguette de Sullivan, pointant la sienne dangereusement au dessus de lui en soufflant, criant presque : « CE QUI M'EMPÊCHE DE TE TUER C'EST LE RESPECT QUE JE LUI PORTE ! » Avant de pointer sa baguette dans le coup du Blaireau, surement prêt au pire malgré ses belles paroles.
***
Un hurlement traverse alors les lèvres de Gabriel, quelques larmes commençant à couler de ses yeux. Pas ça... pas ce bras. La douleur remontant dans sa gorge, rompant quasiment sa voix, essayant de se débattre. "Stop... arrêtez... ça fait mal... !" Ne sachant même plus où il se trouvait, la douleur commençant à bousiller le reste de sa lucidité.
***
Beth voit que ça s'envenime tellement qu'elle craint qu'ils ne finissent vraiment pas s'entretuer, et voyant au loin Alexander piétiner le bras de Gabriel, elle perd pied et tout bon sens. Elle voit rouge. Elle acourt à toutes jambes et décoche sa baguette, d'un informulé elle plaque Alexander au sol, puis le fait léviter à bien deux mètres au dessus du sol avant de l'envoyer finalement à toute allure s'écraser jusque dans le lac, à presque le noyer. Ce n'est que la plainte de Gabriel qui la fait se stopper. Elle se rend compte qu'elle était vraiment en train de noyer Alexander et devant ce qu'lele vient de faire, même pas amour, elle en a presque envie de vomir. Revenant vers le poufsouffle, elle tente de se rassurer, mais le voir hurler lui fait perdre ses moyens. Elle se met même à pleurer, ne sachant pas quoi faire. "Ga.... Gabi... Je.... Je vais trouver du secours...! Pitié, relève-toi, il faut revenir au château.... Gabi...! QUELQU'UN !"
***
Alors qu'il pensait se retirer, c'est par une force invisible qu'il est propulsé au sol, dans les airs et dans l'eau. La douche froide qui s'abat sur lui lors qu'il tombe dans l'eau du lac le surprend. C'est tant bien que mal qu'il tente de se dépatouiller avec ses vêtements, la haine et l'horreur. Ce ne tait pas Sullivan qui venait de lui faire ça alors qu'il était devenu suppliant. C'est en toussant l'eau rentrer par ses gardes dans ses poumons qu'il rejoint la rive, à moitié dans l'eau, à moitié au sol. Amer, il l'est étrangement, alors que c'est Gaby qu'elle protège. Un moyen de se bien faire, envoyer un patronus ? En avait-il la force finalement, il comptait une bonne fois pour toutes sur les sentiments du sang.
***
Les hurlements n'arrêtaient pas, ni cette douleur qui traversait son corps, son esprit. Tendant son bras droit sur le sol, semblant chercher quelque chose à quoi s'accrocher ayant l'impression à chaque second de sombrer un peu plus. Même la voix de Beth ne semble pas l'atteindre, la cherchant du regard... Son esprit tellement embrumé n'arrivait pas à discerner tous les contours de sa silhouette. les supplications s'étaient tues, mais la douleur était toujours présente, ainsi que cette sensation réelle du sang qui s'écoule dans les bandages se trouvant sous sa manche.
***
C'est à force de hurler que Beth rameute des gens et l'un des professeurs, admettons le professeur Benson, arrive sur place forcément. Jugeant que c'est un cas d'extrême urgence, il envoie un patronus auprès de l'infirmière et sort une fiole de sa poche qui pourrait aisément assomer un bœuf, qu'il donne à son élève pour le calmer. La préfète elle, est encore sous le choc. Tournant la tête, elle voit Alexander encore empatouillé dans l'eau et, coupable de lui avoir fait pire que voulu, elle revient vers lui et lui attrape les bras comme pour le tirer hors de l'eau. Avec ça, elle va encore s'en prendre plein la figure par Iseult et Shaula. "Ne dis rien et je ne dirai rien.". Elle tourne la tête, voyant Benson emmener son petit-ami, si bien que ses bras en tremblent. "Je te jure, je... Je voulais pas. Je voulais pas te noyer."
***
Pendant que les cris se font entendre, il pose sa joue contre le sable, laissant l'eau sortir sans pour autant tousser comme un malade. Voir des gens aller vers Gabriel ne le choque pas, il avait l'air bien plus mal en point que lui. Pourtant, il rester étonné de voir Annabeth se pencher vers lui et le sortir de l'eau en le tirant par le bras qu'il arrive à se mettre sur le dos. « Pourquoi ? La noya de ou le baiser de l'autre fois ? » ajoute -t-il faible. Il lève une main sur le crâne de Beth : « Je comprends, tu pensais que j'aurais voulu te *keuf keuf* casser la jambe ? »
***
Elle le redresse et tape dans son dos pour l'aider à respirer. "Arrête de parler et respire espèce d'idiot, bon sang, vous les mecs vous êtes vraiment cons." dit-elle, enragée, comme pour faire passer sa peur. "Je dirai que c'est un accident pour Gabriel si tu ne dis pas à ta folle de fiancée que je t'ai balancé dans le lac. Et moins fort ! Personne n'est obligé de savoir qu'on s'est... peu importe. Recrache." dit-elle en donnant une tape un peu plus forte. "J'en ai marre de ces conneries, qu'est-ce qu'y t'es passé par la tête en faisant ça ? Shaula est pas bonne au lit et ça te met en rogne, c'est ça ?"
***
Alexander tousse encore un peu comme un damné à s'en arracher la gorge, recrachant le reste de l'eau alors qu'elle tape dans son dos pour l'aider. Il acquiesce le secret d'un mouvement de tête. Ça ne sert à rien d'avoir plus d'ennui maintenant que tout le monde allait se demander pour Sullivan. C'est presque s’il rit quand elle parle de Shaula, mais il a juste la force de souffler : « C'est pas à elle que je pense quand je la baise. »
***
Elle lui colle une baffe à l'arrière du crâne quand il lui lance sa dernière phrase. "J'ai pas envie de savoir à qui tu penses dans ces moments-là, crois moi ! Bon sang... T'es vraiment malade."
***
Il fronce les sourcils en maudissant son franc parlé avec elle : " Alors pose pas la question en même temps."
***
"Oublie-moi, Alexander." dit-elle avec le même ton. "C'est ni en m'embrassant, ni en rêvant de moi, ni en essayant de tuer Gabriel que tu me mettras dans ton lit. Je l'aime lui et si je dois aller coucher avec quelqu'un, ce sera lui, point barre. Alors garde tes excès de jalousie et rends heureuse ta fiancée, tu te rachèteras une conscience."
***
Il la dévisage en lui crachant finalement au visage : " Alors être de faire ton ingénue et de te sentir oublier de me soutenir alors que tu devrais être avec ton petit ami plutôt qu'avec un étranger comme moi. tu sais au moins sur quel pied danser ? "  Il fait un signe de la tête vers Benson et l'infirmière : " Alors cesse tes grand discours et va le voir." dit-il avant de lui tourner le dos tant bien que mal.
***
"Putain mais t'es vraiment un con !" hurle-t-elle finalement. "Continue de te noyer dans ta haine et fais pas chier, merde !". Elle finit par se relever, fulminant. "J'essaie d'aider et de calmer les choses et vous vous trouvez qu'une seule chose à faire, c'est d'empirer les choses ! J'vais finir par plus danser du tout et vous irez tous vous faire foutre ! J'en ai marre de ces conneries et de ta tête de con avec tes envies et tout ce que ça apporte ! T'es en train de me rendre folle et limite, plus tu me fous dans la merde et plus t'es content ! Je me mettrai pas à genoux pour toi Lestrange ! J'EN AI MARRE." finit-elle en battant l'herbe au pas de course jusqu'à Gabriel et le professeur Benson. Elle craque finalement en chemin, les nerfs à vif. Oui, elle ne sait plus ce qu'elle fait.
***
Qu'elle fasse ce qu'elle veut, elle nie, elle ne comprend rien, vraiment. Alors qu'elle est partie. Il se met un poing dans a bouche étouffant un sanglot. Il n'avait pas pleuré pour une femme hormis sa mère, alors qu'est-ce qui lui prenait, il mettait des mots petit à petit dessus. Alors que le remue-méninge d'émotions avait finalement réussi à tirer Iseult de ses occupations pour qu'elle vienne le prendre contre lui.

***************************************

Beth suit le mouvement, mais ne peut finalement rentrer dans l'infirmerie que lorsque Gabriel va un peu mieux, qu'on lui a refait les bandages. En sortant, certains professeurs qui sont arrivés là en connaissance de cause la dévisagent un peu, il n'y aura qu'elle pour expliquer la situation. Quoi qu'elle dise, Gabriel dénoncera Alexander et si elle nie, ça finira mal. Enfin elle aura tout le temps d'y repenser, pour le moment, c'est lui qui compte. Alors elle rentre, forçant son passage sur l'infirmière pour venir près de lui. "Gabi...? C'est moi." dit-elle en posant la main contre le front du jeunehomme. "J'aurais jamais dû vous laisser... Pardon."
***
Le regard dans le vide, le jeune homme est à moitié assis sur le lit. Un mur blanc, il n'y a que ça... même les gens qui passent et repassent ne sont pas vraiment là. Même la douleur, en soit, a presque disparue... Pourtant, par moment, il peut la ressentir encore, tel une aiguille s'enfonçant dans tous les nerfs de son bras... avant de disparaître simplement. Puis, à un moment, la voix de Beth le fait sortir de cette forme de sommeil, tournant alors la tête vers elle. "Tu es là... Beth..." Puis, retournant la tête vers le mur, inspirant doucement. "Je me fiche... de ce que tu diras... je ne peux plus le voir... je ne veux plus le voir..."
***
Elle le regarde, glissant les doigts dans la main valide du jeune homme. Qu'aurait-elle vraiment à dire ? Il doit s'imaginer tellement de choses. Et elle sait qu'elle n'a pas vraiment les mots pour le rassurer, parce qu'elle nage en plein brouillard. Elle déteste cette situation. "Je sais, je sais... Mais... On s'en fiche bien du reste, tant qu'on est à deux, non...?"
***
"Tous les deux ... ?" Il baisse alors sa tête, regardant son bras, serrant un peu les dents alors qu'une douleur traverse à nouveau son corps. "En quoi nous serons toujours deux... alors qu'il continue de te courir après... Qu'il me donne l'ordre de ne pas te toucher, de ne pas t'embrasser... Je ne te mérite pas, dit-il... Je ne peux pas te défendre." dit-il... "Après tout, peut-être qu'il a raison... et peut-être que tu le sais aussi... il est peut-être mieux que moi."
***
"Arrête, il ne me coure pas après et moi encore moins. Ce n'est pas parce que quelqu'un te tue ces choses là qu'elles sont vraies, je me fiche de ton état physique. Et puis je sais me défendre alors tout ira bien." Elle le regarde un instant. "Tout va... bien, entre nous... n'Est-ce pas ?" Elle se fige un instant. "Dis moi qu'on est pas en train d'avoir cette conversation."
***
Doucement, il pose sa main valide contre son propre visage, ne sachant même plus où il en était.  Laissant entendre une plainte, cherchant de plus en plus à reprendre sa respiration. "Je ne sais pas... je sais plus ce que je dois faire... Je veux... Je veux qu'on me laisse seul..." Serrant un peu plus les dents, il retire alors sa main de son visage, avant de prendre l'avant bras de la jeune femme, la regardant,  perdu dans ses sentiments. "Il y a eu quelque chose... Que tu ne m'as pas dit..."
***
Elle pince les lèvres. Ca ne tourne pas rond tout ça, comme si son monde entier est en train de s'écrouler. Elle se pince, comme pour essayer de se sortir de ce mauvais rêve mais elle n'y arrive pas, elle reste là. Quand il demande à être seule, la Gryffondor sent que cette relation va lui retomber dessus. Mais il lui attrape le bras, lui demande s'il s'est passé quelque chose. Bien sûr qu'il vient de se passer quelque chose, elle a failli tuer quelqu'un, comme ces mangemorts, dehors, comme les moldus, comme n'importe qui prêt à défendre sa peau. Elle en est effrayée. Bien sûr qu'il se passe quelque chose aussi. Alexander l'a embrassée, il leur a fait du mal, et pourtant, elle n'arrive pas à se le sortir de la tête alors qu'elle aime Gabriel. Bien sûr que tout cloche, qu'elle est en train de devenir folle.  Qu'elle craque. "Tu dois te reposer, Gabriel."
***
Puis, alors qu'il la regarde, qu'il l'écoute, il se laisse tomber en arrière sur le lit, regardant le plafond... "Je n'aurais pas dû... utiliser un doloris... J'aurais dû... le faire bien plus souffrir que ça." Puis, tournant la tête à l'opposé de la jeune femme, il pose sa main sur son bras blessé fermant les paupières alors que quelques larmes lui montent aux yeux.



I HEADED BACK
SO WE COULD
REACH EACH OTHER
avatar
Découvre-moi !
Messages : 270
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 24
dewdrops at dawn

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

A tout vouloir, on finit par tout perdre (INSTA Beth Gabi Alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Avec un mec qui gobe tout c'est normal de gober un fruit bizarre.
» Les Démons, tout ce que vous devez savoir
» Maintenant que tu sais tout de moi, dis moi tout de toi | Hayden [Done.]
» Tout savoir sur les Sectes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Reverse :: RPs-