AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez| .

Sixtael - A l'aube de la bataille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Auteur
MessageSujet: Sixtael - A l'aube de la bataille Dim 1 Juil - 16:32




29 Septembre 1949

Ma douce,

M
a chère et tendre. Mon rayon de soleil.

Nous sommes arrivés avec mon équipe à la frontière Écossaise dans la nuit. ou deux autres Aurors irlandais nous ont rejoint. J'ai pris bonne note de ce que tu as vu pour réduire notre équipe pour nous faire plus discrets. Ce sont les meilleurs, et j'espère avoir raison quand je dis que je ne les laisserai pas mourir. Si ma promesse n'est pas tenue, quel homme cela fera-t-il de moi à ton avis ? Je me déteste parfois assez comme ça. On ne peut sauver tout le monde, mais mois je voudrais sauver le monde entier. Parfois j'aimerais être un autre homme, me fondre dans la masse et me laisser couler. Mais j'imagine que ça ne me correspond pas du tout, n'est-ce pas ? Je me mêle de tout, tu dois soupirer et lever les yeux au ciel en disant ça. Me l'imaginer me réconforte. Je m'endors sur l'image paisible de ton visage, je me rappelle ton parfum, la douceur de ta peau si blanche. M'imaginer cette nuit tranquille me permet de tenir bon. Les autres sont nerveux, on élabore le plan. Ils doivent se demander pourquoi je veux fonctionner comme ça et pas autrement sans leur donner plus d'explications. Mais je ne tiens pas à leur dire que c'est par tes visions que je me montre plus prudent que d'habitude. Personne n'a besoin de savoir, ils ont juste besoin de me faire confiance.

J'ai le coeur un peu lourd. J'ai l'impression de laisser tomber mes amis pour mes idéaux, pour des missions suicide. Alecia refuse de m'adresser la parole, j'ai peur de perdre un ami qui n'a pas choisi d'être ce qu'il est. Ce n'est pas de sa faute, mais moi j'ai peur. Je passe mon temps à marcher entouré de cadavres. Parfois je ferme les yeux et je vois leur visage, ils sont tellement précis, tous. J'ai chacun de leur nom, leur métier, leur grade, les membres restants de leur famille. Croiser mon père et mon frère est surtout la pire des choses. On a dû aviser avec Sigil. Quelque chose de grave. Même s'il en a pris les responsabilités, et je l'admire pour ça, je me sens amer. Penses-tu que si l'on fait un peu de mal pour beaucoup de bien, cela fait quand même de nous de mauvaises personnes ?

Mon cousin Abel est rentré au pays. Voilà encore quelqu'un que je ne sais pas gérer. On s'est perdus du vue et on ne s'entend plus vraiment bien. Je le vois déjà fanfaronner devant mon grand-père, les bonnes paroles de sa très chère maman au bras. Non, je ne peux pas dire que je le déteste, loin de là. Mais il doit s'imaginer que c'est facile pour moi, que j'ai eu tout cuit dans le bec. Gabriel au moins savait le comprendre. Moi je suis le summum de la bêtise en terme de psychologie. J'espère qu'un jour il trouvera la force de me pardonner pour ce que j'ai laissé faire. Enfin, pour ce que j'ai fais. C'est triste de vieillir. On remet tout en perspective. C'est pire les soirs de missions.

Nous interviendrons dans la nuit du 30 au 1er. Tu dois me détester d'être parti quand même. Je ne m'imagine pas "partir" en te laissant ce goût amer. Je dois simplement prendre mes responsabilités. Peut-être que tout ce merdier sera bientôt fini.

Je voudrais juste pouvoir me reposer, l'esprit tranquille, te mettre en sécurité. Tous vous protéger. Juste me reposer.

Je t'embrasse et accompagne tes rêves. J'espère qu'ils seront doux.

Abigaël
(c) sobade.





   
 mad world∆
c.luleaby
avatar
Découvre-moi !
Messages : 34
Date d'inscription : 16/01/2018
nervemind the darkness

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sixtael - A l'aube de la bataille Lun 2 Juil - 1:16




29 Septembre 1949

Tendre idiot,

T'imaginer que je lève les yeux au ciel ou encore que je soupire parrait si facile quand on a appris à se connaître dans des circonstances où tu n'en as toujours fait qu'à ta tête, même sur un lit d'hôpital. Et je ne peux qu'apprécier que ce que je dise soit pris en compte dans ce genre de mission à au risque, même si cela se fait sans ma bénédiction, ni quoi que ce soit venant de ma part. Nous savons tous deux le dénouement de cette opération, moins de personnes ne veulent pas dire moins de victimes. Au contraire, chaque décision change l'avenir et si quelque chose de plus lointain ne m'était pas apparu, je ne saurais pas dire si tu ne revenais pas les deux pieds en avant plutôt que debout. Et mon coeur se brise à imaginer la première des deux options, si le coeur m'en avait di, j'aurais demandé mon propre déploiement avec votre unité, même si je ne doute pas du médicomage qui vous accompagne puisqu'il officie dans mon service.

Mais de là à lire tes mots, je suis dubitative. La cause ne doit pas être une secte, une idéologie, la guerre fait ses ravages sur tout notre être. Peut-être es-tu devenu fatigué de te battre malgré les promesses et les engagements que tu as. Aspirer à une vie tranquille est le lot des savants et non des sots. Cependant, t'imaginer autrement, c'est impossible. Quand tu seras une pâle copie de ces moutons, tu cesseras simplement d'être l'homme qui me tient à coeur. Alors oui, je suis nerveuse et vexée, mais avant tout inquiète de voir que tu peux t'oublier dans de tel moment. Si la mort venait de toute façon venir frapper à ta porte, je te pleurais, alors c'est également à toi que tu dois faire confiance. Il n'y a pas que tes équipiers qui doivent te croire, crois également en toi et à cette idée de rentrer à la maison sans oublier se devoir auquel tu tiens.

Les cadavres, la mort et la perte sont des émotions qu'on ne peut pas contrôler, mais il est normal pour Alecia de ne parler à personne, puisque c'est ma recrue qui s'est secrètement occupée d'elle ce fameux soir. Ton ami, aussi suicidaire à ce que j'en comprends aura besoin de ton soutien, de celui de ses proches. Ne pas vouloir être ce que l'on a, je pourrais t'en faire un discours, une thèse un exposé. Il n'est jamais plaisant d'être rejeté, d'être moqué ou encore de se sentir seul. Malheureusement, et je te vois te mordre la langue à cette ligne, c'est grâce à César que j’ai réussi à m'accepter et à ignorer ceux qui me traitait de Vélane durant toute ma scolarité. Je revois ma gouvernante voyante me dire qu'une vision pouvait être autant positive ou négative, mais qu'un don ne définissait pas une personne, c'est la personne qui définie ce qu'elle est et comment elle souhaite se contrôler. Je pourrais visiter ton ami et lui parler de tout ça si le coeur lui en dit un jour, plutôt que de devoir le voir sur ma table d'opération à lui recoudre les poignets. Alors si l'un de nos proches doit être sauvé en causant du mal à un tiers ? Je le ferais sans hésitation, comme mes frères le feraient pour moi, je le ferais pour ma famille, mes amis et toi. Faire le bien mérite perfos de sacrifier la justice à laquelle on croit tant, on n'est pas irréprochable du début à la fin de notre vie, mais ce n'est pas une action qui te mettrait dans la catégorie des méchants ou des gentils, c'est-ce pourquoi et qui tu le fais. Si tu le fais pour le bien d'autres personnes, le mal, aussi dur soit-il a accepter pour une personne si droite que toi, doit être fait et on doit en prendre les responsabilités sur ses épaules, comme l'a fait Sigil à ce que tu m'écris. Prends exemple sur lui et demande-lui conseil.

La famille à cet instant n'est qu'une distraction, tu dois avant tout être concentré sur ton objectif. Ton cousin Abel, qu'importent vos différents et vos reproches respectifs, devrait attendre ton retour et ta convalesance. (Car je ne doute pas un seul instant que tu vas me ramener une blessure ou deux à soigner.) Et si Gabriel avait su le comprendre, c'est que tu pourras le faire, n'êtes-vous pas sorti du même ventre ? Mais le pardon ne s'obtient pas que d'un côté Abigaël, c'est un pardon mutuel que vous devez avoir, la rancoeur est tenace, même si j'ignore d'où vient votre querelle. Alors, cesse de tourmenter et si t'imaginer mon visage peut t'apporter du réconfort, je te joins une photo magique que tu sauras glisser dans une poche ou une porte-feuille pour penser à moi. Je souris, j'étais encore en France avec ma famille, mais désormais, j'ai d'autres raisons de sourire, mais j'en aurais encore plus si tu ne reviens pas le second jour du mois prochain.

Mais effectivement, je te déteste, je suis difficilement satisfaite quand on ne m'écoute pas, j'ai pour habitude de donner des ordres, pas de subir les décisions des autres. J'ai évolué en tant que femme indépendante, alors savoir que mon bonheur peut dépendre de quelqu'un désormais me fait très peur. Et le fait de le perdre m'angoisse terriblement, si bien que je ne compte pas être à Sainte Vivane le soir de ladite intervention.

Alors, cesse de t'en faire pour moi, de vouloir me protéger. J4ai toujours su faire sans toi jusqu'aà aujourd'hui, et je refuse désormais que ce soit sans toi. Reviens entier, c'est tout ce qui m'importe.

Mes prières et mes pensées t'accompagnent. N'oublie pas que le futur sera plus doux que ce que tu vivras demain soir, je te le promets.


Sixtine
(c) sobade.




† just a young girl, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
avatar
Découvre-moi !
Messages : 20
Date d'inscription : 15/01/2018
young clairvoyant

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sixtael - A l'aube de la bataille Mar 3 Juil - 18:48




30 Septembre 1949

Ma douce,

J
'ai pu faire la part des choses ce matin, grâce à ta lettre (et la photo).

J'ai moins la pression et la journée à venir me semble moins difficile. On reparlera de tout ce que j'ai pu écrire quand je serai de nouveau près de toi. (Je me chargerai surtout d'Abel, ça te concerne un peu moins).

Je ne pense pas pouvoir t'écrire à nouveau avant de revenir. Il ne faut pas t'inquiéter, je ne compte pas me laisser crever chez ces fous. J'imagine, sans me vanter, que beaucoup de personnes comptent sur moi n'est-ce pas ? Hahaha.

Après tout je compte bien fonder une famille avec toi et me dorer la pilule au soleil une fois que cette guerre sera finie.
Je t'aime de tout mon coeur.

Abigaël
(c) sobade.





   
 mad world∆
c.luleaby
avatar
Découvre-moi !
Messages : 34
Date d'inscription : 16/01/2018
nervemind the darkness

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sixtael - A l'aube de la bataille Mer 4 Juil - 17:19




30 Septembre 1949

Sweetheart,

Rentres simplement, c'est tout ce qui compte pour plus tard.

Sixtine
(c) sobade.




† just a young girl, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
avatar
Découvre-moi !
Messages : 20
Date d'inscription : 15/01/2018
young clairvoyant

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sixtael - A l'aube de la bataille

Découvre-moi !
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Sixtael - A l'aube de la bataille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une bataille à l'aube...
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» rapport de bataille apocalypse

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Reverse :: Fiches :: INRP :: Hiboux tout doux-
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.