AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Welcome in my world princess w. Elsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
Auteur
MessageSujet: Welcome in my world princess w. Elsa Mar 16 Juin - 14:32


Welcome in my world princess
Mattelsa


Ce qui ne va pas ? A peu près tout. Ma mère a été envoyée à St Nicholas pour démence ou paranoïa, je ne sais pas exactement et à vrai dire quoi que les médicomages et psychomages en disent, je risque de ne pas vraiment être d'accord. Tout tourne autour de cette guerre à l'extérieur et ici, au château, j'ai l'impression d'être dans une petite bulle, cajolé et engraissé jusqu'à ce que les mangemorts viennent tous nous charger. La neutralité me plaît bien et ce depuis toujours, si elle limite les amis à quatre seuls murs, au moins, elle n'attire pas non plus d'ennemis et c'est tant mieux. Les nouvelles de la santé de ma mère font mon père, Clyde, se tuer au travail. Il remue ciel et terre pour toujours trouver une tâche à faire et ne pas penser qu'elle est loin de lui, c'est sa façon très détâchée de s'inquiéter, quant à moi, savoir ma mère malade me rend plus malade encore. Vous me direz, tout le monde a son lot de malheur, mais vous savez quoi ? Je m'en balance des autres. A eux de régler leurs problèmes et à moi de régler les miens, surtout quand ils sont privés. C'est comme cette histoire qui tourne depuis quelques temps à travers le collège. Lestrange aurait attaqué Gabriel et sa copine, la tarée de Wallis, aurait bien failli noyer l'agresseur. Les professeurs s'en sont donnés à cœur joie toute une semaine et les rumeurs ne cessent de croître un peu partout dans chaque maison, donnant l'impression qu'une guerre interne a bel et bien été déclarée alors qu'il ne s'agit là que d'une histoire de triangle amoureux un peu spécial, car oui, désolée, qu'on se le dise, pour aller tabasser un infirme, on peut que vouloir vraiment lui piquer sa copine.

Bien que cela ne me touche pas plus que ça car ce ne sont pas mes oignons, j'imagine Elsa se réjouir d'avoir tant d'encre à faire couler, même si c'est de l'information facile qui n'a pas nécessité des jours d'investigation. Oui, les gens comme moi qui évitent les scandales publics se font de plus en plus rare, à croire que c'est la foire à celui qui se fera le plus remarquer. Du moins, ma théorie serait validée si seulement je n'avais pas fais ce malaise en cours de potions, et honteux, je ne tenais pas à en reparler. Personne ne semble réellement s'en souvenir avec la guerre amoureuse qui a eu lieu presque au même moment et c'est tant mieux. Seulement, je ne me sens pas mieux. Je suis bien obligé de traiter mes migraines sans quoi je serais une larve dans un coin de pièce, incapable de suivre ce qui se dit sans repenser à une conversation datant d'il y a deux jours ou dix ans. Je ne veux rien laisser paraître et pourtant, je suis plus qu''inquiet. Rien n'empêcherait ma mère d'emménager dans les appartements qu'occupe mon père ici au château et je suis sûr qu'en nous voyant régulièrement, elle irait beaucoup mieux. Seulement, maintenant qu'elle est internée, c'est impossible, pourtant, ce n'est pas faute d'avoir fait les démarches auprès de Dumbledore qui s'est déjà, je l'avoue, montré très généreux avec ma famille. Rien que pour moi.

Et maintenant ? On va dire que je suis posé dans un coin de bibliothèque à lire, miracle, un livre que je n'avais encore jamais touché et dont, forcément, je ne me souviens plus du contenu. Un dérivé d'histoire sur des révoltes de gobelins dans l’Irlande profonde, le genre de sujet qui, traité par Binns, assommerait une vache. Mais ce n'est pas tant le contenu que je recherche mais plutôt cette douce sensation de nouveauté qui s'infiltre dans ma tête, la joie de lire des lignes nouvelles, inconnues. Mais je me sens fiévreux, pour la première fois de ma vie, cette potion n'est pas passée. Surdose ? Rejet ? Je ne sais pas trop mais ce qui est sûr c'est que je ne suis plus sensée la prendre, du moins pas la version plus forte. Alors je tourne au ralenti avec cette migraine affreuse. Ma lecture, semble-t-il passionnante, devient rapidement un vrai calvaire. J'ai la tête qui tourne, l'impression que mon crâne est compressé entre deux murs qui se rapprochent, un tintement de cloche insupportable et j'ai surtout une très grande envie de vomir le déjeuner. Purée de carottes et poulet, sur Grimm le gobelin, cela ferait une belle décoration.

Et pourtant, je me relève presque instantanément, quittant la bibliothèque sans ranger les livres et entendant au loin la bibliothécaire faire démonstration de la puissance de ses cordes vocales. A peine arrivé dans l'allée extérieure au niveau de la cours, je recrache ce qui vient dans un coin en me tenant à la balustrade de pierre. Pas grand chose en soit mais quand même. Je reste penché là une minute avant de reprendre mes esprits. Le goût amer que j'ai dans la bouche n'arrange en rien et les choses et je vomis un presque rien avant de saisir deux pastilles de menthe et de les mâcher avec force pour retrouver une bonne haleine et un goût décent dans la bouche. J'ai bien besoin de m'asseoir, et je me laisse glisser contre la pierre en me massant les tempes. Cette sensation est horrible, j'ai l'impression d'être traîné au fond d'un gouffre alors que je sens bien que j'ai le cul posé sur terre. En relevant la tête, je ne pouvais tomber sur pire chuchoteuse. Elsa n'est pas très loin et si l'envie de l'embêter m'effleure un instant l'esprit, je m'en vois bien incapable. Alors je soupire, me demandant ce qu'elle va bien trouver à me dire en premier. Je ne suis peut-être pas en état de répliquer comme la dernière fois.

Alors d'un sourire sarcastique et carnassier, je la regarde en levant légèrement la main pour lui faire signe, comme si de rien n'était alors que les cernes sous mes yeux, témoins de mes insomnies nouvellement réapparues, creusent des sillons noirâtres sous mes yeux noisette.
crackle bones
avatar
Découvre-moi !
Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Welcome in my world princess w. Elsa Mar 16 Juin - 22:40

Thank you Prince Charming ♥
Matthew & Elsa
La matinée avait finalement filé plus vite qu’elle ne l’avait voulu et l’après-midi avait été tout aussi rapide, du moins jusque quatre heures peut-être. Il faut dire que son devoir de métamorphose l’avait laissé sur sa faim et qu’elle avait besoin d’un petit goûté. Bien que tout n’y soit pas, Mérida était tombée malade et Elsa avait eu besoins de passer quelques heures à l’infirmerie pour lui tenir compagnie. La petite dernière des Aberline avait bien du mal à rester seule quand elle était malade et Anna devait se rendre à ses cours supplémentaires avec une élève de septième année. Alors, Elsa avait préféré rester avec sa petite sœur, du moins, elle était restée avec sa petite sœur endormie. Et il fallait dire que beaucoup de monde semblait passer par l’infirmerie, l’infirmière, les gens blessés à cause du Quidditch et pourtant Elsa était bien là au frais à attendre que Mérida se rendorme sous les coups de la fatigue, il y avait déjà plus d’une semaine qu’elle venait ici par moments. Et la petite blonde pouvait parfois raconter quelques petites choses à l’aînée sachant qu’elle aimait les ragots. Et Mérida n’aurait pas eu tort, sir les paroles de ce fils de prof ne résonnaient pas dans sa tête à chaque fois qu’elle écoutait un potin de plus. Mais il y eut une petite information qui fit revenir Elsa à la réalité. Mérida la regardait en lui disant que ce même garçon était venu quelques jours plutôt, et qu’il était inconscient. La Serdaigle eut un petit mouvement de recul sur sa chaise avec un froncement de sourcils sans vouloir en savoir plus néanmoins, il avait ses soucis, elle le savait, il lui avait dit lors de leur dernière confrontation. Et elle savait qu’il avait cette tonne de secrets en lui, mais que c’était sans doute mieux ainsi qu’elle ne sache pas, qu’elle ne sache rien du tout en fait. Car elle était fouine, c’était bien plus que vrai, et d’ailleurs, si cette information était venue un peu plutôt dans la semaine, elle aurait peut-être prêté un peu plus l’oreille, mais il y avait cette histoire de triangle amoureux. Ce triangle de la mort pouvait-on dire au vu des risques que les trois protagonistes prenaient à chaque de leur rencontre. C’était certain que Wallis avait déjà eu une relation avec Lestrange et la jalousie de ce dernier n’était certainement qu’une ultime manière de la reconquérir…  

Finalement, elle avait besoin de sortir, l’oppression des quatre murs et des malades, Elsa avait un peu de mal à rester à sa place et embrassa sa petite sœur sur le front avant de prendre congés. Elle n’aimait pas voir les autres souffrir, c’était un peu comme ça… Depuis petite elle n’aimait pas être malade, alors voir la maladie des autres était gênant, c’était un peu comme si en voyant les autres, elle était malade. D’un geste vif, en descendant les escaliers qui menaient sur la cour, elle desserra sa cravate bleu et argent avant de passer une main dans ses cheveux. Alors comme ça il avait été malade ? Et personne n’avait soulevé ça. Il savait vraiment se faire discret. Rapidement, elle posa le pied dehors et s’arrêta avant de s’habituer un peu au soleil extérieur bien plus vif que derrière les grandes vitres du château. Mais dans le fond, rien n’était aussi bon que les rayons du soleil sur la peau, elle aimait finalement beaucoup cela. Pourtant, elle cligna des yeux plusieurs fois avant de passer sous les arcades de cette petite cour carrée pouvant contenir tous les élèves de l’école. Pourtant, sa promenade commença aussi vite qu’elle se termina quand elle vu Matthew se soutenir contre le mur de pierre, dans le mal, assit au sol comme un miséreux. Elsa ne savait pas et finalement voulait-elle savoir. Avec ce qu’elle avait dit à Willow, avec ce qu’elle pensait ressentir, devait-elle de mettre en avant ? Peut-être pas. Mais alors qu’elle allait se changer en statue de sel, le poufsouffle la regarda avec un sourire qu’elle ne sut interpréter, finalement était-il amical ou pas ? La détestait-il vraiment ? Mais il lui fit un signe de la main, ce pour quoi elle l’observa un peu plus. Il était livide avec de grands cernes. Il était malade ? Simplement, elle détourna les yeux, elle aurait voulu partir et oublier ce qu’elle venait de voir. Mais ne pouvait-elle pas être gentille finalement ?

Elle se retourna un peu moins sure d’elle qu’à l'accoutumée et fit un pas puis un autre en sa direction. Avant de s’accroupir devant lui en demandant assez bas, pensant qu’il voudrait peut-être discret si quelqu’un passait : « Tu te transformes en inferi ? » dit-elle dans un petit sourire en coin, avant de poser le plus sérieusement du monde sa main sur son front pour vérifier s’il avait besoin d’aller à l’infirmerie ou pas. Rien, il n’avait pas l’air d’avoir de fièvre, mais elle avait un petit air dubitatif en ajoutant : « Tu sais Benson, c’est moldu, mais le magnésium est très bon pour la fatigue. » Et forcément, son père en prenait quand la guerre s’est déclarée pour dormir au lieu de montrer la garde dans leur salon. Elle le juge un peu du regard, avait-il vraiment besoin de son aide ou pas. Elsa ne le savait guère et pourtant, elle ne se sentait pas de trop, elle était presque contente de pouvoir l’aider. Du moins, de l’aider sans rien attendre en retour. C’était en soi nouveau, mais elle le faisait déjà quand il s’agissait de Willow, Anna ou encore Mérida, alors pourquoi ne pas tenter de le faire avec les autres ? « Tu veux aller à l’infirmerie ? Sérieux, tu n’as pas l’air très très bien… Enfin par rapport à d’habitude. »
electric bird.

avatar
Découvre-moi !
Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Welcome in my world princess w. Elsa Ven 19 Juin - 11:08


Welcome in my world princess
Mattelsa


Elsa approche enfin alors qu'au départ elle ne semble pas rassurée du tout et je me demande bien ce qu'elle va trouver d'intelligent et de spontané à la fois à me dire. La blonde s'accroupit et me demande si je me transforme en Inferi, si la métaphore doublée d'une blague m'aurait fait sourire d'habitude, là je fronce légèrement les sourcils, pas flatté de la comparaison et surtout, vu mon état, le mal de tête n'arrange rien. Même le meilleur de mes amis aurait pris le même regard noir. Puis, dans un geste presque attendrissant, elle pose la main contre mon front pour vérifier si je n'ai pas de fièvre. Bien sûr que je n'en ai pas. L'hypermnésie ne se guérit pas comme un rhume ou comme un état de dragoncelle, le contraire serait étonnant et ça se saurait si c'était le cas. Elle ajoute à cela le fait que le magnésium, moins un remède moldu qu'une molécule universelle, pourrait m'aider pour la fatigue. Je souris en coin, l'air presque excédé alors que j'agite une main comme pour lui faire comprendre qu'elle est à côté de la plaque.

— Si une simple capsule de magnésium pouvait guérir tous mes problèmes, ça relèverait du miracle. Crois-moi, j'ai déjà tout essayé et les remèdes de vieilles mémés pourries d’arthrose ne fonctionnent pas.

Dans ces moments-là, je vois Gabriel en moins et ça me fait plus grimacer encore. Ce type, bien qu'étant mon ami, n'est plus qu'un simple drogué qui se raccroche à la réalité en s'attirant plus de problèmes encore et en en faisant tout voir à sa copine, qui, de toute façon, finira par se lasser, comme toutes les autres. C'est toujours comme ça avec les femmes, elles se figurent que vous êtes son prince charmant et quand elle a trouvé meilleur étalon pour la sauter, elle se casse sans donner de raison valable. Moi je n'étais ni drogué, ni coupé de la réalité ou poursuivi par mes propres démons, après tout comment utiliser des sortilèges impardonnables quand on est un cracmol ? Cela coupe net au problème dès la racine.

— L'infirmière ne peut rien pour moi.

Car ces temps-ci, avec l'internement de ma mère, les médicaments et autres potions, dont les doses sont toujours précises, manquent d'effets positifs. Pire, depuis quelques jours elles me rendent malade comme un chien. Alors à choisir, entre souffrir le martyre à cause de migraines, passer mon temps à vomir et à tomber dans les pommes, ou subir un suave mélange altéré des deux, je n'ai pas encore tout à fait décidé, même le dernier choix semble l'emporter avec les heures. Et c'est pire en fait. Car gérer les maux de tête sur quelques heures, je peux le faire. Par contre, être complètement hors de mes pompes et ne pas pouvoir gérer les cours, c'est impensable. Alors je souris, presque comme un demeuré alors que l'envie de vomir m'est nettement passée depuis qu'Elsa se tient là à côté. Ou à la rigueur je pourrais bien vomir des arcs-en-ciel pour voir sa tête de princesse émerveillée plein d'étoiles dans les yeux. Je me redresse péniblement, alors que le haut le cœur me reprend et que je me masse le ventre. Je reprends une pastille de menthe pour être sûr que le moindre coup d'haleine qu'elle pourrait bien se prendre lui rappelleraient des bougies fraîcheur des pins. Autant dire que j'ai un goût d'aérosol dans la bouche.

— Dis-moi princesse, tu me ramènes à ma salle commune ? Toi qui est si gentille, si serviable et si jolie. Tu laisserais pas un pauvre cracmol tout seul dans la nature à la merci des loups. J'suis une petite belette qui a besoin d'amour et de protection.

Je souris encore, peu conscient que mes paroles relevant complètement de la drague du pire blaireau boulet du monde ne sont pas tout à fait conscientes. Mais en même temps, qui irait prétendre le contraire ? Elsa était vraiment belle à défaut d'être une commère à gênes de sangsues.
crackle bones
avatar
Découvre-moi !
Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Welcome in my world princess w. Elsa

Découvre-moi !
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Welcome in my world princess w. Elsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Reverse :: ARCHIVES HG :: Vieux parchemins :: RPs-